//
vous lisez...

Le Mag Litt'

« Blogs de Chine » : et le vôtre ?

Un exemple à suivre pour certains blogueurs hexagonaux ?
Parions en tout cas qu’aux frontières de la littérature et d’un journalisme citoyen à chaud, l’édition a encore de vastes territoires à découvrir. Han Han est devenu à 17 ans une idole de la jeunesse chinoise, dès la publication de son premier livre. Il signa ensuite une dizaine de romans à succès, tout en devenant… pilote de course et chanteur ! Ce beau gosse a maintenant 30 ans et tient le blog le plus lu de la planète, dont Gallimard – son champ ne se limitant pas à Saint-Germain-des-Prés – publie aujourd’hui un extrait de soixante-treize textes. Provocateur subtil ou frontal, Han Han affole régulièrement la censure chinoise. De l’amour au lycée aux vidéos érotiques, des mensonges du pouvoir à tous les aspects ridicules d’une société dirigiste, des dizaines de millions d’internautes chinois savourent sa prose ironique. Qui s’exporte très bien. Et dont le concept gagnerait à être importé sur les claviers de France, s’ils sont toujours capables d’impertinence…

Gilles Chenaille

« Blogs de Chine », de Han Han, traduit du chinois par Hervé Denès (éd. Gallimard)

Le livre des visages : aussi book que Facebook

  Sylvie Gracia n’est pas une novice. Éditrice au Rouergue, elle a également publié cinq romans dont Les nuits d’Hitachi en 1999 (L’Arpenteur/Gallimard) et Une parenthèse espagnole en 2009 (Verticales). Elle revient aujourd’hui aux éditions Jacqueline Chambon avec Le livre des visages, œuvre hybride entre récit-photos et journal intime. Traduisons le titre de ce livre […]

Ne pas confondre « gossip lit » et « chick lit »

La « gossip lit » (littérature de potins) passe souvent pour identique à la « chick lit » (littérature de nanas). Néanmoins, il existe un décrochage entre les deux, qui tient à l’univers social dépeint dans chaque catégorie de livres. A quoi reconnaît-on un ouvrage de « gossip lit » ? Aux détails suivants : il présente des héroïnes qui gainent leurs orteils […]

Discussion

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] Un exemple à suivre pour certains blogueurs hexagonaux ? Parions en tout cas qu’aux frontières de la littérature et d’un journalisme citoyen à chaud, l’édition a encore de vastes territoires à …  […]

Poster un commentaire

Inscription / Login

La Rue est à vous

- Ecrivains confirmés : les éditeurs n'ont pas toujours le temps ni les effectifs nécessaires pour bien s'occuper de vous. C'est-à-dire pour bien vous accompagner dans votre travail de création, en vous aidant - à quelques moments-clé - à prendre certaines décisions dans vos choix d'écriture. Vous auriez besoin d'un coach ou d'un sparring partner éditorial, bref : d'un interlocuteur attentif et efficace. Hélas...

- Auteurs débutants : ne gâchez pas vos chances en proposant aux éditeurs un texte sur lequel vous n'avez aucun recul, hormis l'avis d'un ou deux proches acquis d'avance à votre cause. Il vous faut une évaluation objective de votre texte, afin que vous puissiez apporter les modifications nécessaires (légères ou non) avant de l'envoyer aux maisons d'édition. Vous n'aurez qu'une cartouche, peaufinez-la...

Feuilletez le Mag Litt’

Archives