//
vous lisez...

Le Mag Litt'

Ne pas confondre « gossip lit » et « chick lit »

Le mythe de la « star life » imprègne la « gossip lit »

© Photo-libre.fr

La « gossip lit » (littérature de potins) passe souvent pour identique à la « chick lit » (littérature de nanas). Néanmoins, il existe un décrochage entre les deux, qui tient à l’univers social dépeint dans chaque catégorie de livres.

A quoi reconnaît-on un ouvrage de « gossip lit » ?
Aux détails suivants : il présente des héroïnes qui gainent leurs orteils de talons aiguilles et non de poulaines à plate-forme. Elles rêvent d’un diamant, plutôt que d’un texto sentimental. Elles habitent de préférence à New York, pas à Dublin. Elles écoutent la musique d’ambiance des bars de luxe, au lieu des karaokés improvisés dans les pubs. Elles caractérisent l’œuvre de Lauren Weisberger, bien distincte de celle de Cecelia Ahern.

La « gossip lit » se tisse à partir du mythe de la « star life » : pourquoi ne pas vivre comme à Hollywood, si cette existence dorée s’acquiert avec la bonne couleur d’autobronzant ? Ne nous en privons pas ! Quant au bonheur, nous le verrons seulement en imagination mais cela, nous le savons déjà.

Pascaline Alleriana


Discussion

Pas de commentaires.

Poster un commentaire

Inscription / Login

La Rue est à vous

- Ecrivains confirmés : les éditeurs n'ont pas toujours le temps ni les effectifs nécessaires pour bien s'occuper de vous. C'est-à-dire pour bien vous accompagner dans votre travail de création, en vous aidant - à quelques moments-clé - à prendre certaines décisions dans vos choix d'écriture. Vous auriez besoin d'un coach ou d'un sparring partner éditorial, bref : d'un interlocuteur attentif et efficace. Hélas...

- Auteurs débutants : ne gâchez pas vos chances en proposant aux éditeurs un texte sur lequel vous n'avez aucun recul, hormis l'avis d'un ou deux proches acquis d'avance à votre cause. Il vous faut une évaluation objective de votre texte, afin que vous puissiez apporter les modifications nécessaires (légères ou non) avant de l'envoyer aux maisons d'édition. Vous n'aurez qu'une cartouche, peaufinez-la...

Feuilletez le Mag Litt’

Archives