//
vous lisez...

Le Mag Litt'

Gailly : et ça tourne

Christian Gailly (© Hélène Bamberger/Minuit)Lire du Christian Gailly, c’est un peu comme regarder un nuage flotter dans le ciel : il ne se passe jamais grand-chose. C’est calme. C’est simple et ordinaire. Des hommes et des femmes se rencontrent, se parlent, se taisent. Des « Monsieur et Madame tout le monde » portant en eux des traces de solitude, d’amour, de mélancolie et de banalité.

La roue, toujours égal à lui-même, discret, pudique, la plume épurée au maximum, minimaliste. Ca marche et ça tourne. Sans frime ni paillette. Pas désagréable en ces temps où le bling-bling, même en littérature, peut finir par lasser.

Seule surprise au programme : Gailly se lance ici dans la nouvelle. Une façon de bousculer gentiment son lecteur. En douce. Huit micro histoires sans histoire, un peu absurdes pour certaines… à peine. Une jolie jeune fille automobiliste frappant à la porte d’un écrivain pour lui demander de l’aide. Une femme ne retrouvant plus son ami. Un homme pris par le fisc. Un autre homme découvrant, stupéfait, que sa belle ne va pas le quitter.

Subtil jeu de pistes identitaires : Gailly met en scène des personnages issus de ses précédents romans (Delaunay), des figures empruntées à Jean Echenoz (Louis Meyer) et à Claude Simon (Georges Reichac). Gailly repense sa propre histoire romanesque tout en annonçant ses filiations. Gailly s’amuse. Gailly déroule des morceaux d’existence au hasard des circonstances, les saisis au vol puis les délaisse. En toile de fond, l’écriture, toujours, se questionnant elle-même, se critiquant, s’ironisant tout en interrogeant la figure de l’écrivain à travers le personnage de Paul Cédrat entre autre : « Mon nom ne lui disait rien, pas étonnant, il ne dit rien à personne, je n’étais donc pas écrivain, en tout cas pas un grand, un écrivain qu’on ne connait pas n’existe pas, n’est-ce pas ? »

Gailly, lui, existe. Et c’est un grand.

La roue et autres nouvelles, de Christian Gailly, éd. de Minuit

William Memlouk
(auteur de « Mingus mood » aux éd. Julliard, membre de la Rue des Auteurs) 

 Téléchargez un extrait de « La Roue » au format PDF

Article(s) du même auteur :

Le livre des visages : aussi book que Facebook

  Sylvie Gracia n’est pas une novice. Éditrice au Rouergue, elle a également publié cinq romans dont Les nuits d’Hitachi en 1999 (L’Arpenteur/Gallimard) et Une parenthèse espagnole en 2009 (Verticales). Elle revient aujourd’hui aux éditions Jacqueline Chambon avec Le livre des visages, œuvre hybride entre récit-photos et journal intime. Traduisons le titre de ce livre […]

David Whitehouse : énorme ?

Pour parler de ce roman si spécial, laissons tout d’abord la parole à l’éditeur : « Malcolm n’était pas un enfant ordinaire, il avait cette espèce de confiance qui attire les adultes et fascine les enfants. Sa famille le croyait promis à un destin extraordinaire. En un sens elle avait raison. Un jour, à l’âge où […]

Drama Queen : sans (re)père

Qui est le père d’Alex, jeune femme de 19 ans ? Un Américain mort dans un accident d’avion ou Yacob, danseur efféminé que sa mère lui présente comme son oncle ? Qui Alex aime-t-elle ? Félix, frêle rappeur qu’elle déguise en Bess dès qu’ils couchent ensemble, ou Bess elle-même, sœur de Felix dont le père est également décédé ? […]


Discussion

Pas de commentaires.

Poster un commentaire

Inscription / Login

La Rue est à vous

- Ecrivains confirmés : les éditeurs n'ont pas toujours le temps ni les effectifs nécessaires pour bien s'occuper de vous. C'est-à-dire pour bien vous accompagner dans votre travail de création, en vous aidant - à quelques moments-clé - à prendre certaines décisions dans vos choix d'écriture. Vous auriez besoin d'un coach ou d'un sparring partner éditorial, bref : d'un interlocuteur attentif et efficace. Hélas...

- Auteurs débutants : ne gâchez pas vos chances en proposant aux éditeurs un texte sur lequel vous n'avez aucun recul, hormis l'avis d'un ou deux proches acquis d'avance à votre cause. Il vous faut une évaluation objective de votre texte, afin que vous puissiez apporter les modifications nécessaires (légères ou non) avant de l'envoyer aux maisons d'édition. Vous n'aurez qu'une cartouche, peaufinez-la...

Feuilletez le Mag Litt’

Archives