//
vous lisez...

Le Mag Litt'

Prix de la Closerie des Lilas : Nathalie Kuperman pour « Les raisons de mon crime »

Jury du prix de la Closerie des Lilas 2012

Jury du prix Closerie des Lilas : voir en bas de page

C’était hier soir, et comme d’habitude, c’était très « people ». Editeurs, patrons de presse, journalistes en vogue, auteurs plus ou moins célèbres, etc. Non, vous n’aurez pas les noms, car nous n’étions pas là pour remplacer Closer, Paris Match ou Point de Vue
Nous ne nous y sommes rendus que pour le sport : suivre la phase finale du match, avec le résultat à la clé. Et avouons-le, rire un peu avec quelques amis du cru. Rire de nous-mêmes comme de la comédie mondaine dont la plupart des participants à cette fête devenue rituelle (bravo à Emmanuelle de Boysson, la présidente du prix) ne sont pas dupes. Mondains oui, mais littérature oblige, proustiennement conscients de leur snobisme. Pour quelques-uns, en tout cas…

Ainsi donc, en ce lieu mythique, typiquement parisien et chéri des écrivains et des artistes, le jury 100% féminin (voir notre précédent article incluant également la sélection des romans en compétition) a décerné ses prix 100% féminins, dont voici les lauréates 2012 :

Nathalie Kuperman

Nathalie Kuperman

Prix de la Closerie des Lilas Nathalie Kuperman, pour « Les raisons de mon crime » (éditions Gallimard).

Dommage pour Sibylle Grimbert et son étonnante « Conquête du monde » (éditions Léo Scheer), que Rue des Auteurs apprécie particulièrement, mais reconnaissons la force et l’originalité du roman primé.

Lilas du livre remis par l’Académie Lilas formée des jurys des années précédentes sous la présidence de Marie-Christine Imbault, qui sont un hommage aux métiers du Livre, et notamment à ces femmes qui savent prendre des risques, soutenir les auteurs et défendre leurs romans.

Lilas de la libraire : Sylvie Champagne (librairie Passion Culture à Orléans)
Lilas de l’attachée de presse  : Brigitte Béranger (éditions J-C Lattès)
Lilas de l’éditrice : Claire Delannoy (éditions Albin Michel)

Nous éviterons de conclure sur ce lieu commun : excellent cru 2012, puisqu’il n’y en eut pas de mauvais depuis mars 2007, année de création de ce prix qui a déjà eu le mérite de couronner Anne Wiazemsky, Cécile Reyboz, Stéphanie Hochet, Véronique Bizot et Sylvie Ohayon.
Nous préférons « chuter » cet article – puisque vous voulez absolument savoir qui figure sur la photo d’ouverture (© Anne-Laure Bovéron) – par la liste des membres du jury, puisque ce sont elles… De gauche à droite : Virginie Despentes, Brigitte Kernel, Emmanuelle de Boysson (présidente du jury), Régine Deforges, Pascale Arbillot, Arianne Massenet, Carole Crétiennot, Stéphanie Janicot, Mazarine Pingeot, Lydia Bacrie, Marianne Payot, Nathalie Rheims et Jessica Nelson.
Quant aux célébrités et autres noms majuscules présents hier soir à la Closerie, n’insistez pas : nous sommes dans une rubrique littéraire, n’est-ce pas ?

Gilles Chenaille

les 3 derniers articles du magazine :

Emmanuelle de Boysson, voyageuse du temps

Les écrivains oublient parfois qu’un livre doit être, aussi, distrayant. C’est-à-dire nous sortir de nos petites obsessions habituelles, jusqu’à parfois nous les faire oublier pour quelques heures. Il ne s’agit pas de décerveler le lecteur, de lui anesthésier le cerveau, mais de l’oxygéner. Le dernier roman d’Emmanuelle de Boysson, « La Revanche de Blanche » (éd. Flammarion), […]

De la passion à l’amour

Notre amie Emmanuelle de Boysson, écrivain, journaliste, présidente du prix littéraire de la Closerie des Lilas, éprouve aujourd’hui l’envie – le printemps venant – de nous parler d’amour. Oh oui, lui répondons-nous sans hésiter. D’amour et de passion. Deux fois oui. Mais il ne s’agit évidemment pas de la même chose. Emmanuelle, en femme de […]

Inscription / Login

La Rue est à vous

- Ecrivains confirmés : les éditeurs n'ont pas toujours le temps ni les effectifs nécessaires pour bien s'occuper de vous. C'est-à-dire pour bien vous accompagner dans votre travail de création, en vous aidant - à quelques moments-clé - à prendre certaines décisions dans vos choix d'écriture. Vous auriez besoin d'un coach ou d'un sparring partner éditorial, bref : d'un interlocuteur attentif et efficace. Hélas...

- Auteurs débutants : ne gâchez pas vos chances en proposant aux éditeurs un texte sur lequel vous n'avez aucun recul, hormis l'avis d'un ou deux proches acquis d'avance à votre cause. Il vous faut une évaluation objective de votre texte, afin que vous puissiez apporter les modifications nécessaires (légères ou non) avant de l'envoyer aux maisons d'édition. Vous n'aurez qu'une cartouche, peaufinez-la...

Feuilletez le Mag Litt’

Archives